FAQ FactGrid – Pourquoi devrais-je utiliser FactGrid pour mon projet de recherche ?

auf Deutsch
in English
magyar nyelven

Qu’est-ce que FactGrid ?

FactGrid est une installation Wikibase – c’est-à-dire à la fois un wiki ordinaire et une base de données que vous pouvez utiliser pour faire des déclarations sur les objets qui vous intéressent – déclarations que vous pouvez ensuite traiter sur de grands jeux de données dans pratiquement toutes les langues.

La plate-forme est gérée par le Centre de recherche de Gotha et hébergée par l’Université d’Erfurt. Elle s’adresse à des projets ayant un intérêt spécifique pour les données historiques.

En collaboration avec Wikimedia Allemagne et le GND de la Bibliothèque nationale allemande, nous essayons d’intégrer cette plateforme dans le prochain consortium d’instances fédérées de Wikibase comme ressource pour les « données de recherche ».

Pourquoi devrais-je utiliser FactGrid pour mes propres recherches ?

Le principal argument en faveur d’un compte FactGrid est la flexibilité imbattable du logiciel Wikibase, que nous avons réussi à installer, dans le cadre d’un projet pilote, en dehors de son site principal Wikidata et avec l’aide de Wikimedia Allemagne :

  • Vous recherchez un logiciel qui parle pratiquement toutes les langues – une plate-forme où vous pouvez entrer des données dans votre propre langue tout en permettant à d’autres de les lire dans leur propre langue ? Wikibase est ce logiciel.
  • Vous recherchez un logiciel qui vous permet de coordonner toute une équipe de manière transparente ? Dans Wikibase, c’est aussi simple que dans le logiciel MediaWiki de Wikipedia.
  • Vous recherchez un logiciel de base de données qui peut faire tout ce que les bases de données d’humanités numériques veulent normalement faire : analyses de réseau, représentations cartographiques, recherches croisées complexes, frises chronologiques (dans différents formats) – un logiciel qui se comporte presque comme un langage humain, tout en fournissant des services complets de base de données ? Wikibase est ce logiciel.
  • Vous avez des données provenant de projets antérieurs que vous voulez développer ? Wikibase dispose d’options de saisie automatique à grande échelle.
  • Vous voulez que vos données puissent être réutilisées ? Wikibase permet le téléchargement et le travail avec vos données, aussi bien hors ligne dans Excel qu’en dligne dans le cadre de nouveaux projets.
  • Vous voulez poser des questions entièrement nouvelles pour votre recherche ? Dans Wikibase, vous pouvez lier n’importe quel objet à n’importe quelle déclaration en fonction de vos intérêts.
  • Vous vous demandez ce qu’il adviendra de vos données et de vos outils de présentation une fois votre projet terminé ? Comptez sur une plate-forme sur laquelle vous ne travaillez pas seul et utilisez une licence de données qui permettra à d’autres personnes de continuer à travailler avec votre travail sans aucun risque !
  • Vous voulez poser des questions entièrement nouvelles dans votre recherche ? Dans Wikibase, vous pouvez relier n’importe quel type d’objet à n’importe quelle déclaration d’intérêt.
  • Vous vous inquiétez de ce qui arrivera à vos données et à vos présentations une fois votre financement terminé ? Comptez sur une plateforme où vous ne travaillez pas seul et utilisez une licence de données qui permet à d’autres de continuer à travailler à la fois avec vos données et vos outils !

Si vous recherchez une perspective à plus long terme, c’est ce que nous essayons d’offrir grâce à notre accord de collaboration en cours avec la Bibliothèque nationale allemande. Nous baserons notre plate-forme sur les données GND afin d’en faire aussi un outil grand public, avec pour objectif de devenir un acteur dans le paysage émergent des “installations fédérées Wikibase”.

Pourquoi ne pas utiliser Wikidata dès maintenant ?

C’est une question légitime à poser. Il y aura des projets (qui utilisent principalement des données) pour lesquels Wikidata sera la meilleure plateforme, comme l’Archivführer zur deutschen Kolonialzeit de la FH Potsdam. Reste que les projets Wikimedia (de même que GND) ne laissent pas de place à la recherche originale. Ils fonctionnent sur des “critères de notoriété” qui ne permettent pas la création à volonté d’objets et de relations entre objets innovants que les chercheurs voudraient tester.

Wikidata et le GND se concentrent sur les informations qui ont déjà été publiées ; ils mobilisent des travailleurs non chercheurs qui alimentent leurs bases de données à partir de recherches déjà publiées. Vous ne serez pas autorisé sur ces plateformes à énoncer des “hypothèses de travail” relevant de “votre recherche”. Vous ne pourrez pas créer des objets de base de données dans le seul but de mener sur eux à un stade ultérieur de votre recherche “rien de plus qu’une analyse statistique”.

Dans FactGrid, nous encourageons au contraire l’utilisation de la plate-forme comme un outil de recherche heuristique.

  • Créez des objets de base de données sur la plate-forme, quelle que soit par ailleurs leur pertinence pour une encyclopédie ou un catalogue de bibliothèque.
  • Risquez comme hypothèses de travail des chronologies provisoires en fonction de vos intérêts personnels.
  • Utilisez FactGrid afin de faire des déclarations non conventionnelles et qui n’ont d’intérêt que pour votre projet de recherche – le logiciel vous donne cette liberté.
  • Créez des objets de base de données spécifiques mentionnant votre projet de recherche dans les jeux de données que vous aurez substantiellement modifiés, ce qui vous permettra d’identifier votre contribution lorsque vous soumettrez votre recherche à votre institution de financement.
  • Risquez de nouvelles hypothèses sur la plateforme et indiquez votre point de vue par un numéro d’objet de base de données (servant en quelque sorte de “micro-publication”), afin d’attester de votre inventivité sur la base de données.

FactGrid est gratuit – comment est-ce possible ?

Le logiciel est disponible gratuitement et en cours de développement dans la communauté plus large des projets Wikimedia et au sein des institutions qui entendent utiliser Wikibase dans les prochaines années.

La plate-forme FactGrid est gérée par le Centre de recherche de Gotha sur un serveur virtuel de l’université d’Erfurt. L’URL allemande coûte 36 euros par an en frais de domaine, financés par le Centre de recherche de Gotha.

Tous les outils Wikidata sont à la disposition de nos utilisateurs. Ils comprennent toutes les applications standard dans les projets d’humanités numériques.

En outre, les logiciels et les outils étant open source, vous pouvez faire appel à votre prestataire de service informatique extérieur pour développer l’application spécifique dont vous auriez besoin.

Proposez à la communauté FactGrid vos propres développements d’outils et de présentation, ce sera le meilleur moyen pour que vos propres visualisations continuent à être développées après la fin du financement de votre projet. Si vous visez plutôt des solutions que vous voulez vendre, vous ne serez pas limité par la licence du logiciel. Vous pourrez commercialiser librement tout ce que vous aurez créé sur la base du logiciel ouvert.

Que dois-je faire des demandes de recherche non orthodoxes ?

Wikibase fait œuvre de pionnier dans la modélisation des données. Pour l’essentiel, vous ne créez que des relations entre des numéros Q (ou entre des numéros Q et des dates, des numéros Q et des coordonnées spatiales, des numéros Q et des fichiers média, des numéros Q et des URL).

Le logiciel ignore le type sémantique des relations que vous avez créées- il s’agit là encore de simples numéros P : Q1 – P1 – Q2 est un “triplet”, qui peut tout aussi bien signifier “Jean-Sébastien Bach (Q1) est le père de (P1) Carl Philipp Emanuel Bach (Q2) ” que “Cette lettre que j’ai trouvée dans les archives avec la cote XYZ (Q1) aurait été envoyée de (P1) Munich (Q2)”

Les numéros Q peuvent être attribués à toute espèce d’identité : personnes, documents, événements, idées… C’est vous qui décidez des types des numéros P dont vous avez besoin pour faire les déclarations qui vous intéressent. Vous n’avez pas à définir les objets dans un système de catégories a priori ; ce sont vos déclarations qui ajoutent de la chair aux objets que vous créez au fur et à mesure. Ne vous inquiétez pas si vous n’avez pas de modèle de données dès le premier jour. Faites des déclarations dès que vous en avez envie et voyez comment elles acquièrent la masse critique. C’est alors seulement que vous pourrez juger de la valeur de l’ensemble.

Toutes les déclarations peuvent elles-mêmes être « qualifiées » – “Jean-Sébastien Bach (Q1) était marié avec (P2) Maria Barbara Bach (Q2) à partir du (P2) 7 october 1707 (date) jusqu’à (P3) environ 5 juillet 1720 (date).” Toutes ces déclarations peuvent à leur tour être dotées de références : “cela ressort du (P4) registre paroissial de… (Q3)”, ”cela est indiqué dans (P5) la biographie bien connue de Bach XYZ (Q4)”.

Le système permet à tout moment de proposer des affirmations concurrentes. Elles sont simplement introduites avec leurs différentes sources et peuvent être comparées les unes avec les autres.

En fin de compte, n’importe quelle déclaration en langue naturelle peut être générée avec des triplets de ce genre, mais, surtout, cela permet d’exprimer cette déclaration dans n’importe quelle langue du monde : pour le système, toutes les déclarations ne sont que des liens entre des numéros Q et des numéros P. C’est vous seul qui attribuez aux numéros Q et P des “libellés” et des “définitions” qui leur donnent sens, et cela dans les langues avec lesquelles vous communiquez (le système gère par ailleurs les informations de date et de quantité dans toutes les normes mondiales avec une conversion automatique dans n’importe quelle direction) ; c’est là le secret des plateformes Wikibase, qui permet aux auteurs de saisir les informations dans leurs langues respectives et aux utilisateurs de lire ces informations dans n’importe quelle langue.

Quels sont les outils fournis par le système ?

Les entrées dans la base de données peuvent être effectuées une à une : ouvrez pour cela l’objet-id en question, allez au bas de la page de saisie et cliquez sur le lien “ajouter une déclaration”. Il vous sera alors demandé de saisir la déclaration que vous souhaitez faire. Vous n’avez pas besoin de connaître le numéro P. Il suffit d’indiquer l’objet dans la langue que vous utilisez et de cliquer sur l’auto-complétion qui vous est proposée. La plate-forme utilisera pour vous le numéro P de cette déclaration. Indiquez alors dans le champ qui s’ouvre l’objet de votre déclaration. Le système, là encore, vous proposera, à mesure que vous tapez le texte de votre déclaration, des suggestions de plus en plus précises.

Les entrées dans la base de données peuvent également être créées et enregistrées automatiquement à partir de tableaux Excel ou CSV. (Ceci est le masque de saisie et voici le guide succinct pour le faire).

Les requêtes dans la base de données doivent être formulées sous forme d’interrogations “SPARQL”, un langage de requêtes qui n’est (malheureusement) pas si facile à utiliser, mais qui, au fond, n’est pas plus complexe que les recherches que vous pourriez vouloir effectuer.

Le plus souvent les utilisateurs de SPARQL ne savent pas écrire leurs requêtes dans le code source. Vous pouvez cependant utiliser des modèles de requêtes où sont indiquées les entrées qu’il faut modifier afin d’exécuter votre recherche spécifique.

En outre, si vous savez exactement le type de requêtes que vos utilisateurs doivent exécuter, vous pouvez créer vos propres masques de saisie, comme ceux que vous utilisez dans les interfaces habituelles des bibliothèques en ligne, qui parleront alors SPARQL avec la base de données.

Le système comprend aussi des outils cartographiques, des frises chronologiques, des réseaux, des arbres généalogiques, des graphiques, etc. Vous n’avez pas besoin de télécharger des applications particulières. Vous demanderez à SPARQL de produire la représentation que vous essayez d’obtenir. Le projet Scholia sur Wikidata présente certaines de ces visualisations.

Que dois-je faire si je veux donner mes représentations de données sur ma propre plate-forme ?

Cela ne devrait pas poser de problème technique. Uwe Jung a montré comment l’interface de la FH Potsdam utilise Wikidata comme dépôt de données sans laisser les utilisateurs voir la base de données à laquelle ils accèdent.

Il n’y a rien de mal à utiliser FactGrid comme dépôt externe et à monter son propre projet de recherche sur le serveur de son université d’origine, en y proposant des accès ciblés à la base de données selon un modèle de recherche de son choix.

FactGrid octroie essentiellement des licences d’utilisation des données à CC0 – cela veut-il dire que je renonce à tous les droits sur mes recherches ?

Opter pour la licence Creative Commons signifie essentiellement que vous conservez tous les droits sur l’ensemble de vos données. Mais surtout, la licence CC0 signifie que vos données deviennent librement utilisables et que vous pouvez ainsi réduire le danger de recherches obsolètes à long terme.

Quelques considérations de base : CC BY 4.0 est à première vue la licence que les scientifiques préféreront. Elle permet l’utilisation gratuite des données à la condition que celles-ci soient correctement citées. En pratique, cela fonctionne pour les textes (comme ce billet de blog) ; dans ce cas, on voit clairement comment on aimerait que le texte soit cité : avec une référence à l’auteur, le titre de la publication, le lieu de publication et la date. Mais supposons que vous souhaitiez que vos données soient citées, disons dans une visualisation ? Une lettre envoyée de Paris à Berlin en juin 1753 se réduisant à une ligne sur une carte, comment cette ligne doit-elle être correctement annotée ? Comment voulez-vous être cité si vous n’avez fait qu’améliorer un ensemble de données existantes ? Les licences “share alike” sont encore plus problématiques : “Ces données sont disponibles gratuitement si les utilisateurs ultérieurs les gardent tout aussi libres”. Cela semble être le plaidoyer ultime pour la gratuité. Mais comment un sous-utilisateur peut-il s’assurer que ses sous-utilisateurs respecteront à leur tour votre contrat de licence (surtout si ce sous-utilisateur offre ses données sous CC0) ? Les sous-utilisateurs seront bien avisés de ne pas utiliser de données provenant de plateformes CC-BY ou CC Share-Alike.

Nos entreprises communes avec Wikidata et la Bibliothèque nationale allemande ne nous ont finalement laissé qu’une seule option : rendre nos données aussi librement disponibles que nos partenaires, autrement dit sous CC0, c’est-à-dire sans garantie que les utilisateurs ultérieurs préciseront toujours exactement qui a collecté les données, ni sur ce que les utilisateurs tiers seront autorisés à faire avec ces données.

 
En pratique, la licence ouverte maximale ne signifie pas que les données de FactGrid sont des données sans auteur, bien au contraire. Outre que nous suggérons aux utilisateurs de toujours citer la recherche qu’ils utilisent, nous faisons l’hypothèse que Wikidata et le GND souhaiteront renvoyer à la recherche sur notre plate-forme. Toutes les modifications apportées aux jeux de données sont liées par le système à nos vrais noms, visibles par tous les utilisateurs. Si un jeu de données a été tout particulièrement travaillé par un projet de recherche, vous pouvez l’indiquer dans une note à part qui sera transférée avec ce jeu de données. Vous pouvez également noter votre travail dans le jeu de données lui-même. Enfin, tout le monde peut interroger la base de données pour savoir quels jeux de données ont été travaillés dans le cadre d’un projet particulier.

En fait, les bases de données comme Wikidata ou le GND de DNB sont intéressées à citer la recherche – cela renforce la solidité de leurs données, et FactGrid est dans la position unique de fournir aux deux institutions une plate-forme sur laquelle les gens peuvent faire ce qu’ils ne pourraient pas faire sur leurs grandes plates-formes.

Que se passe-t-il si je veux continuer à travailler avec mes données sur une autre plateforme ?

Puisque vous avez saisi vos données sans restriction de droits d’auteur, vous pouvez travailler librement avec elles sur tout autre projet qui vous intéresse. En fait, nous aimons être “juste un incubateur” pour les données de recherche.

Que se passe-t-il si les utilisateurs de FactGrid se disputent sur une date “correcte” ?

Le logiciel permet de traiter des données contradictoires – ce qui est particulièrement intéressant dans le domaine de la recherche historique où nous disposons souvent de preuves documentaires contradictoires, sans pouvoir être certain de l’information correcte. Les noms sont traités avec des orthographes différentes ; il arrive que les historiens se contredisent.

Le système permet de reproduire la situation contradictoire ; il permet d’étayer les déclarations avec des dizaines de références et dans différentes orthographes.

Des déclarations divergentes peuvent être comparées les unes avec les autres – par exemple, la déclaration qui fait actuellement autorité et les variantes qui ne circulent qu’en raison des diverses sources contradictoires.

Que deux chercheurs arrivent à des résultats différents, voilà qui devrait en général vous intéresser. Le danger majeur est d’avoir fait une hypothèse erronée et qu’un autre projet sur une autre plateforme donne la solution de l’énigme et travaille sur la bonne date sans que vous le sachiez, ou pire, sans que vous ayez même la possibilité de corriger votre erreur des années après la fin de votre projet.

Pourquoi devrais-je risquer la transparence de mon projet dès le début ?

C’est probablement le problème le plus difficile, celui qui empêche actuellement certains projets d’utiliser la ressource que nous avons ouverte. L’alternative est une ressource accessible seulement avec un mot de passe aux membres de l’équipe jusqu’à la date de publication, c’est-à-dire quasiment jusqu’à la fin du projet. Aucun projet concurrent ne peut alors s’emparer des résultats, du moins en théorie. Personne ne peut voir l’erreur par où vous avez commencé et que vous avez ultérieurement corrigée. Personne ne peut voir non plus le travail fourni par les assistants qui entrent les données dans la base, ni l’implication réelle du chef de projet – tels sont les avantages supposés d’un travail non transparent sur une plateforme qui ne sera mise en ligne qu’à la fin de votre financement.

La recherche transparente offre ses propres garanties : si vous trouvez un document révolutionnaire et établissez une connexion décisive, c’est l’occasion d’attacher la découverte à votre nom et à votre projet. Si quelqu’un, demain, fait la même découverte dans les archives que vous venez de visiter, pas de chance pour lui : vous aurez enregistré votre observation avec un lien dans l’historique des versions que vos rivaux ne pourront pas nier.

En même temps, la plate-forme collective invite à coopérer. Expliquez clairement aux autres équipes sur quoi vous travaillez et permettez-leur de vous contacter sur la plate-forme !

Les inconvénients d’un site web prétendument sécurisé et qui ne sera mis en ligne qu’à la fin du financement du projet sont sérieux : Lorsque le projet est publié, le temps des échanges avec les utilisateurs est déjà révolu. Si la mise sur Internet se fait dans les dernières semaines, celles où le projet est sous pression, vous vous trouverez totalement incapable de réagir par des changements plus conceptuels. Et si vous avez mené des recherches uniquement pour la publication d’un livre, que ferez-vous, vous et votre équipe, des données que vous avez rassemblées dans des fichiers Word et des feuilles de calcul Excel ? Personne ne pourra les verser dans des bases de données, car l’harmonisation à ce stade tardif sera un obstacle insurmontable. Votre seul espoir est que des lecteurs de votre livre parcourront toutes vos notes de bas de page pour en tirer des corrections pour nos catalogues de bibliothèque et pour différents projets Wikipédia. Le risque, finalement, est d’avoir un livre sans impact sur la base de données collective et sur les projets d’humanités numériques et qui sera, à cet égard au moins, obsolète dès sa publication.

L’avenir devrait résider dans une nouvelle attitude à l’égard de la base de données publique. Les chercheurs devraient pouvoir corriger et élargir encore cette base chaque fois qu’ils y accèdent. Pour cela, il leur faut une incitation et une sécurité que seul peut leur donner un environnement de recherche dans lequel le travail soit référençable et citable. Pour cela, Wikibase est mieux équipée que tout autre système.

Comment puis-je faire accepter mon projet sur FactGrid ?

La plate-forme FactGrid ne comporte pas de couche profonde invisible. Tout le monde peut interroger la base de données et les requêtes donneront les mêmes informations, que vous soyez connecté ou non. Votre compte d’utilisateur personnel présente simplement l’avantage de vous permettre de passer à votre langue préférée lorsque vous consultez les données et de voir le lien d’édition sur chaque déclaration.

Si vous souhaitez alimenter la plate-forme avec vos propres données et si vous souhaitez y mener un projet, vous devez disposer d’un compte. Les comptes sont donnés sous des noms réels par les administrateurs. Le logiciel fournit un lien “demande de compte”. Vous pouvez également nous contacter par courrier électronique. Les chefs de projet peuvent recevoir des comptes administratifs leur permettant de donner accès aux membres de leur équipe et aux utilisateurs qui les intéressent.

Une fois connecté, vous pouvez saisir des données en masse ou apporter des corrections spécifiques où bon vous semble. Toute entrée sera connectée à votre compte d’utilisateur. D’autres utilisateurs peuvent annuler vos modifications, mais non sans laisser une trace documentée de cette intrusion dans l’historique des versions – visible par le monde entier.

Si vous souhaitez travailler sur un projet plus complexe, qu’il s’agisse d’une recherche familiale personnelle, d’une visualisation unique dont vous auriez besoin pour une communication, ou encore de l’intégration dans la base de milliers de documents que vous auriez rassemblés dans le cadre d’un projet de recherche de 5 ans, parlez-en à ceux qui sont déjà sur FactGrid et à ceux qui organisent la plate-forme. Nous ne serons pas (nécessairement) désireux de signer un protocole d’entente avec vous, mais il pourrait être très intéressant de faire connaître votre projet sur le blog, ainsi que sur l’ensemble de la plateforme. Là où votre travail devient passionnant, c’est lorsque vous modifiez le travail que d’autres ont déjà fait et que vous encouragez les acteurs d’autres projets à adopter les bons modèles que vous introduisez. Il n’est pas indispensable de discuter des modèles de données avec tous les autres utilisateurs, mais cela peut aider, ne serait-ce que pour diffuser votre travail sur la plateforme. Adoptez des requêtes de recherche composées par d’autres, découvrez des visualisations auxquelles vous n’avez pas pensé, obtenez de l’aide sur la plateforme.

FactGridest conçu pour gérer un environnement de recherche excitant que vous ne trouverez pas ailleurs.

traduit par Bruno Belhoste

Jack Kirby, "The Fourth Dimension is a many splattered thing!" from Alarming Tales, 1 (September 1957).
Jack Kirby, “The Fourth Dimension is a many splattered thing!” from Alarming Tales, 1 (September 1957).

Leave a Reply

Your email address will not be published.